La kinésithérapie respiratoire associée à la musicothérapie active pour améliorer l'anxiété, la dépression et la douleur de patients transplantés pulmonaire

par : Jesus CALABUIG LOPEZ

2
Contributeurs
46
Jours restants
comment ça marche ?

À propos de ce projet

Environ 350 transplantations de poumons sont réalisées par an en France.  L’indication la plus fréquente de transplantation pulmonaire est en 2018 comme en 2019 l’emphysème-BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive - 30%) suivie par la mucoviscidose (25%) et la fibrose pulmonaire (19%).   

La lourdeur de la réalité vécue et les conséquences directes de l’intervention ont des impacts considérables qui expliquent la fréquence des troubles anxio-dépressifs observés. En effet une prévalence élevée de troubles psychopathologiques est rapportée par la plupart des études rétrospectives et prospectives. 

La musicothérapie permet de réguler les réactions émotionnelles ainsi que les constantes cardiovasculaires et respiratoires. L’unique étude publiée à ce jour évaluant les effets de la musicothérapie sur les patients transplantés d'organes solides date de 2010. Elle porte sur l'effet de la musicothérapie sur la détente, l’anxiété, la perception de la douleur et la nausée chez 58 adultes avec transplantation d'organe solide. 

Nous cherchons à renforcer et soutenir l’action de la kinésithérapie respiratoire avec la musicothérapie active (jouer d’une flûte à bec, utiliser des techniques de chant). 

Notre objectif est d'évaluer l’impact d’un protocole pluridisciplinaire en kinésithérapie respiratoire et musicothérapie active (PPKRMA) sur l’anxiété, dépression et douleur des patients transplantés bi-pulmonaire.

L'association de ces disciplines permettra aux patients de prendre également conscience de leur manière de respirer grâce au bio feedback sonore obtenu par l’utilisation de la flûte. L’aspect ludique des séances renforcera leur participation.

Cette étude mono-centrique commencera à l’hôpital Louis Pradel au début de 2022. Nous sommes toujours à la recherche d’autres appels d’offre et de dons pour atteindre le financement nécessaire qui nous permettra garantir la réalisation de l’étude pendant deux ans.

Etapes

Lors de la réalisation du bilan pré transplantation, le patient sera sollicité pour participer à cette étude par le pneumologue ou le kinésithérapeute. Il lui sera proposé un entretien pour lui présenter le but et le déroulement de cette recherche clinique et s’assurer qu’il n’existe aucune contre-indication à sa participation.

Lors de cet entretien le patient sera informé par l’investigateur sur les objectifs, le déroulement, les risques éventuels et les contraintes liées à l’étude.

Par la suite, lors de la prise en charge du patient dans le service de pneumologie suite à leur transplantation, ils bénéficieront de trois séances du PPKRMA de 45 minutes par semaine durant quatre semaines.

Ces séances comprennent plusieurs phases (échauffement respiratoire, musicothérapie active avec une flûte à bec, récupération respiratoire, et retour sur la séance) faisant intervenir un kinésithérapeute respiratoire et une musicothérapeute clinicienne. Ils répondront également 3 fois à 3 questionnaires de qualité de vie (SF12, HAD et EVA). Ces séances sont individuelles et réalisées en chambre.

Timeline du projet

2016 : Élaboration du projet de recherche RIPH3 (recherche impliquant la personne humaine).

2021 : Lauréat AAP Paramédical des Hospices Civils de Lyon.

2021 : Accord de principe du Comité de Protection des Personnes concernant le protocole du projet.

2022 : Premier trimestre début du projet .

Budget : 8 000 €

Libellé
Montant
Achat de matériel
160 €
Frais de personnel non permanent
3 340 €
Frais de gestion
1 600 €
Datamanagement
2 900 €

Le financement permettra de soutenir et garantir la production de cette étude. Il pourra financer le salaire de la musicothérapeute clinicienne et le kinésithérapeute qui interviendront lors de l'étude.
Il sera également nécessaire pour financer l'achat d'instruments de musique à vent.

Partager sur

Contributeurs (2)

Etablissement

Hospices Civils de Lyon

Chercheur

Approuvé par

Hospices Civils de Lyon

Ce projet a fait l’objet d’une validation scientifique par la Commission Recherche des Hospices Civils de Lyon dans le cadre de l'appel à projets Paramédical HCL 2020.

Les Hospices Civils de Lyon, 2ème CHU de France notamment en matière de recherche, encouragent et soutiennent la recherche dans de nombreux domaines : recherche clinique, recherche translationnelle, recherche sur données, recherche paramédicale, afin d’accélérer l’accessibilité des innovations à ses patients, et également des projets portant sur l’amélioration des organisations et sur la qualité de vie des professionnels de santé.