Burn-OUT des médecins de la REAnimation pendant l'épidémie de COVID-19

par : Léa Baillat , Claude Guérin , Marie Préau et Emilie Vayre

3
Contributeurs
-47
Jours restants
comment ça marche ?

À propos de ce projet

Nous connaissons actuellement la plus grande crise sanitaire qu’ait connu la France depuis un siècle. Pour y faire face, le gouvernement développe des mesures hospitalières d’urgence qui ont intégralement été déployées en 2020. Une réorganisation en urgence de l’offre de soin, qui augmente la prévalence de l’épuisement professionnel et exacerbe l’altération de la santé globale (mentale et physique) des médecins en réanimation


C’est pourquoi le projet OUTREA-19 se veut d’affiner la compréhension de la survenue ou du renforcement du burn-out en lien avec cette période de crise Covid-19. Notre recherche vise à investiguer le vécu des soignant·es en première ligne et à identifier des indicateurs relatifs à l’épuisement professionnel ainsi que divers facteurs qui y sont associés. Nous souhaitons questionner les déterminants de santé qui sont à l’origine de la détresse émotionnelle, mentale et physique des médecins réanimateurs. En complément de l’appréhension du burn-out des médecins, il apparait essentiel de comprendre son origine en considérant conjointement le contexte professionnel et le contexte de crise socio-sanitaire au sein desquels les médecins exercent. Nous souhaitons mettre en lumière les impacts de la crise Covid-19 sur cette population.


Le projet Outrea-19 repose sur la mise en œuvre d’une méthodologie qualitative transversale répétée via un recueil de données par entretiens semi-directifs auprès des médecins des services hospitaliers de la réanimation médicale et chirurgicale. Nous utilisons une approche compréhensive qui vise à mieux appréhender les comportements et le vécu des médecins quant à leurs conditions de travail actuelles et à leur état psychologique et physique dans un contexte sanitaire particulier. Cette étude transversale répétée s’organise en deux temps : T1 (pendant la période actuelle d’épidémie de coronavirus) et T2 (trois mois à postériori de la première passation). L’observation de l’épidémie de la Covid-19 sur le phénomène d’épuisement professionnel des médecins en réanimation à deux temporalités distinctes va mettre en évidence les évolutions et les changements qui ont pu se produire dans le temps sur des dimensions préalablement sélectionnées (éthique, environnement professionnel et personnel …).

Etapes

Notre étude se scinde en plusieurs étapes : 

Aspect règlementaire : D’une part, nous avons d’ores et déjà rédigé un protocole de recherche qui demande une lecture approfondie de la littérature scientifique. Il décrit les différentes phases de l’étude. Il s’inscrit comme un cahier des charges comprenant des clauses qu’en tant que chercheurs nous nous devons de respecter. Notre protocole de recherche a été validé par le CEEI (Comité d’Evaluation d’Ethique de l’INSERM), attestant de la pertinence du sujet de recherche et de la cohérence de la méthodologie choisie.

Etape inclusive : Les inclusions des médecins sont en cours et ont débuté au courant de la troisième vague de l’épidémie pour atteindre une quarantaine de médecins de plusieurs services de réanimation des Hospices Civils de Lyon après accord des chefs de service concernés. Un petit échantillon est avantageux puisqu’ici « l’attention est portée au « cas » conçu comme le moyen de saisir à une petite échelle le phénomène étudié dans sa totalité » (Duchesne & Haegel, 2004).

Etape organisationnelle : Le projet est piloté par deux enseignantes chercheuses du Laboratoire GRePS (groupe de recherche des enseignants chercheurs en psychologie sociale) et une étudiante en Master 2 en Sciences Humaines et Sociales. La demande émane d’un chef de service de la réanimation médicale des Hospices Civils de Lyon.

Les recueils de données : Nous commençons les premiers recueils de données par la réalisation d’entretiens avec les médecins des services de la réanimation volontaires en vue d’investiguer une première fois le vécu expérienciel (T1). Enfin, nous poursuivrons, après un laps de temps défini, à savoir de deux ou trois mois, la suite du recueil de données par la réalisation de nouveaux entretiens dans l’intention de mettre en évidence l’évolution des impacts de la crise sanitaire (T2)

L’analyse des résultats et la rédaction du premier article scientifique : septembre 2021.

Etape financière : Finaliser le budget total de 7 000 € grâce à un appel à financement auprès de la plateforme Thellie afin de pouvoir affiner la compréhension du burn-out des médecins en réanimation en période sanitaire particulière.

Budget : 7 000 €

Libellé
Montant
La correction et la traduction de deux articles
2 000 €
La publication d’un article dans une revue d’open access
1 000 €
c- Le salaire IGE (ingénieur d’étude) pour finaliser l’étude
4 000 €

Le budget comprend trois aspects fondamentaux :

1- La correction et la traduction de deux articles : L’étape de correction ou traduction par un professionnel est primordiale puisqu’elle donne l’opportunité d’un rayonnement et d’une visibilité internationale et de diffusion des résultats. Elle répond au fonctionnement de la recherche internationale qui consiste à diffuser ses résultats en anglais. Elle permettra d’ouvrir ses résultats à un large auditoire. Le projet outrea-19, en raison de son sujet actuel et universel va, grâce à la traduction, étendre la communication et diffuser de nouvelles découvertes entre les différentes communautés linguistiques.

2- La publication d’un article dans une revue d’open access : L’un des deux articles sera soumis à une revue dites en « open access » (libre accès), c’est-à-dire gratuite pour consulter l’article contrairement à la plupart des publications scientifiques qui se font dans des revues dont l’accès est payant pour le lecteur (mais gratuit pour les auteurs). La diffusion auprès d’un large public accorde un libre accès à la connaissance, tant pour les chercheurs que pour la population générale. La présentation et le partage d’un travail pertinent sur un sujet d’actualité apportera une plus-value pour l’univers scientifique nécessaire pour faire avancer l’état de la connaissance dans le domaine.

3- Le salaire IGE (ingénieur d’étude) pour terminer l’étude : L’ensemble de ce travail sera mené sur la base de l’investissement de chercheurs en psychologie sociale et du travail et un salaire pour l’ingénieur d’étude est nécessaire. Son financement permettra de conclure l’étude et de diffuser des connaissances et de l’information scientifique sur le sujet étudié. Indispensable pour apporter un achèvement à la recherche, l’IGE va ouvrir de nouvelles portes de compréhensibilité des facteurs et des déterminants de l’épuisement professionnel des médecins de la réanimation durant la pandémie de la Covid-19. 

Partager sur

Contributeurs (3)

Etablissement

Hospices Civils de Lyon

Approuvé par

Hospices Civils de Lyon

Ce projet a fait l’objet d’une validation scientifique par le Comité de Pilotage Recherche COVID-19.

Les Hospices Civils de Lyon, 2ème CHU de France notamment en matière de recherche, encouragent et soutiennent la recherche dans de nombreux domaines : recherche clinique, recherche translationnelle, mise en place de cohortes de patients, la recherche sur les organisations ou la recherche paramédicale afin d’accélérer l’accessibilité des innovations à ses patients, mais aussi des projets de recherche portant sur les conditions d’exercice de ses professionnels de santé.