Caractériser la réponse immunitaire au cours de la pneumopathie grave COVID-19

par : Mathieu Blot , lionel piroth et Christine Binquet

Prolongation
156
Contributeurs
14
Jours restants
comment ça marche ?

Merci pour votre générosité ! Vous pouvez continuer à soutenir ce projet. Les dons supplémentaires serviront à réaliser une étude complémentaire visant à comprendre comment le virus pourrait activer la réponse immunitaire.

À propos de ce projet

La pneumopathie aiguë infectieuse demeure la principale cause de mortalité d’origine infectieuse dans le monde. L’épidémie de pneumopathies à Coronavirus (Covid-19) aggrave actuellement cette situation et responsable d’une surmortalité par la survenue de syndromes de détresse respiratoire aiguë.

L’absence de traitement spécifique contre ce virus explique en partie cette surmortalité, à la différence des pneumopathies bactériennes plus classiques qui sont traitées par antibiotiques. La réponse immunitaire produite par notre organisme face au virus est au centre des préoccupations. En effet, une réponse immunitaire antivirale trop faible pourrait contribuer au mauvais pronostic. A l’inverse, une réponse immunitaire trop intense et incontrôlée pourrait contribuer à la sévérité de l’atteinte pulmonaire et à la survenue de dysfonctions des autres organes. Il est donc impératif de mieux caractériser la réponse immunitaire au cours de la pneumopathie grave Covid-19.

Nous menons au CHU de Dijon une étude clinique appelée LYMPHONIE, permettant de décrire la réponse immunitaire au cours de la pneumopathie grave. Des prélèvements sanguins sont réalisés pour analyser :

  • La fonction des cellules immunitaires appelées lymphocytes, qui contribuent à la réponse antivirale et qui semblent particulièrement impactés au cours de l’infection à Covid-19.

  • La mesure des concentrations de cytokines inflammatoires qui sont des molécules qui participent à la réponse inflammatoire.

Ainsi, nous allons comparer les données de 37 patients présentant une pneumopathie grave d’origine bactérienne à celles de 38 patients présentant une pneumopathie grave liée au Covid-19 afin de comprendre les particularités de la réponse immunitaire liée au Covid-19.

Ces résultats pourraient offrir de nouvelles perspectives thérapeutiques, puisqu’il existe des traitements capables de moduler cette réponse immunitaire, soit en la stimulant (comme l’Interféron), soit en la bloquant (thérapies bloquant les cytokines…). Il est important de fournir le plus rapidement possible à la communauté scientifique ces données, afin d’investiguer de nouvelles pistes thérapeutiques.

Etapes

Aspect réglementaire : Ce projet a été approuvé par la délégation à la recherche clinique et à l’innovation (DRCI) du CHU de Dijon et un amendement a été réalisé et soumis au Comité de Protection des Personnes (CPP) afin de pouvoir adapter le projet à l’épidémie Covid-19.

Début des inclusions : L’étude LYMPHONIE a débutée avant l’épidémie à Covid-19, en novembre 2018, et ayant déjà permis d’inclure 37 patients ayant une pneumopathie grave bactérienne et non liée au Covid-19. Les inclusions des patients ayant une pneumopathie liée au Covid-19 sont en cours pour atteindre 38 nouveaux patients.

Étapes organisationnelles : Le projet est piloté par le Centre d’Investigation Clinique (CIC) INSERM UMR 1432 et la direction de la recherche clinique du CHU de Dijon. Les services du CHU de Dijon participant à l’étude sont les services de réanimation (Médecine Intensive et Réanimation et Réanimations chirurgicales), pneumologie, maladies infectieuses, médecine interne 1 et 2 et gériatrie. L’inclusion est proposée au patient, où à sa personne de confiance, par le médecin en charge du patient. Un prélèvement sanguin est réalisé lors du soin courant (tubes supplémentaires). Les données cliniques sont recueillies par une attachée de recherche clinique. Les investigations biologiques seront réalisées par des médecins biologistes spécialistes dont le service de virologie ou des chercheurs au sein de l’équipe Lipness INSERM UMR 1231.

Constitution d’une collection biologique : Les prélèvements sanguins sont collectés au fur et à mesure des inclusions, et conservés au Centre de Ressources Biologiques Ferdinand Cabanne du CHU de DIJON (http://www.crbferdinandcabanne.fr/)

Étapes financières : Finaliser le budget total de 45 000 € grâce à un appel à financement participatif auprès de la plateforme Thellie (20 000 €) : fin avril 2020, afin de pouvoir fournir rapidement à la communauté scientifique cette description détaillée de la réponse immunitaire au cours de la pneumopathie à Covid-19.

Fin des inclusions : fin avril 2020

Réalisation des investigations biologiques : mai 2020

Analyse des résultats et rédaction du premier article scientifique : juin 2020.

Budget : 20 000 €

Libellé
Montant
Dosage des cytokines inflammatoires dans le sang (plasma)
7 000 €
Test standardisé de fonctionnalité des lymphocytes
5 000 €
Caractérisation des sous-populations de lymphocytes (Cytométrie)
2 000 €
Caractérisation plus précise de la réponse lymphocytaire
6 000 €

Les différentes lignes de budget permettront d’acheter les kits de dosage et réactifs nécessaires aux différentes mesures de cytokines inflammatoires et test de fonctionnalité des lymphocytes afin de comparer les anomalies observées lors des pneumopathies graves liées au Covid-19, de celles qui ne le sont pas.

Approuvé par

CHU de Dijon Bourgogne

Ce projet a été approuvé par la délégation à la recherche clinique et à l’innovation (DRCI) du CHU de Dijon et un amendement a été réalisé et soumis au Comité de Protection des Personnes (CPP) afin de pouvoir adapter le projet à l’épidémie Covid-19.