Projet CATH-GE : un nouveau traitement pour éradiquer les infections liées aux cathéters ?

par : David LEBEAUX , Christophe BELOIN , Jean-Marc GHIGO , Fabien TAIEB , Matthieu LAFAURIE et Raphaël LEPEULE

Succès

Campagne réussie

15 310 € collectés

Grâce à la générosité de 80 contributeurs, la campagne lancée par David LEBEAUX , Christophe BELOIN , Jean-Marc GHIGO , Fabien TAIEB , Matthieu LAFAURIE et Raphaël LEPEULE a atteint son objectif de collecte, le vendredi 10 mai 2019.

À propos de ce projet

Plus de 380,000 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués tous les ans en France. La majorité de ces patients aura besoin d’un cathéter de longue durée  pour le traitement du cancer ou de ses symptômes.

De plus, plusieurs milliers de personnes nécessitent de tels cathéters durant plusieurs mois ou années pour recevoir une nutrition "parentérale", c'est à dire par voie intra-veineuse.

L’utilisation de ces cathéters peut se compliquer dans 5 à 10% des cas d’une contamination par des bactéries particulièrement difficiles à éradiquer, ce qui impose souvent de retirer le cathéter des patients. L’impact sur la prise en charge cancérologique ou nutritionnelle des patients est majeur.

Une équipe pluridisciplinaire a démontré en laboratoire qu’un traitement original  permettait d’éradiquer ces bactéries sans retirer le cathéter. Ce traitement associe un antibiotique fortement concentré (gentamicine) à l'EDTA (une molécule qui fragilise les bactéries lorsqu'elles sont agglutinées à la surface d'un cathéter). L'EDTA agit donc comme un booster de la gentamicine.

Durant l'étude clinique CATH-GE, nous souhaitons évaluer les effets du traitement développé et prévoyons d'inclure 35 patients souffrant d'une infection liée à un cathéter de longue durée. Un patient inclus recevra pendant 10 jours le traitement gentamicine/EDTA dans son cathéter (traitement local), associé à des antibiotiques en perfusion puis par voie orale. Ils seront étroitement surveillés afin d’évaluer leur tolérance mais également afin de mesurer la fréquence de guérison après la fin du traitement.

Ce traitement optimisé aurait pour principale finalité d’éviter l’ablation du cathéter et donc d’améliorer la prise en charge globale des patients. Il pourrait être utilisé sur une vaste population : patients atteints d’un cancer, patients insuffisants rénaux dialysés ou nécessitant une assistance nutritionnelle intra-veineuse.

Etapes

Étape expérimentale : démonstration au laboratoire de l'effet de l'association gentamicine et EDTA contre les bactéries à la surface des cathéters = complétée.

Étape pharmaceutique : préparation des flacons contenant le mélange gentamicine+EDTA aux concentrations actives et répondant au obligations réglementaires = complétée.

Étape organisationnelle : constitution d'une équipe pluridisciplinaire (méthodologistes, infectiologues, pharmaciens, bactériologues, cancérologues) dans trois hôpitaux de l'AP-HP afin de mettre en place une étude clinique sur ces trois centres = complétée.

Étape réglementaire #1 : rédaction du protocole et soumission au comité de la recherche de l'Institut Pasteur = complétée.

Étape financière : finaliser le budget total de 80 k€ grâce à à un appel à financement participatif auprès de la plateforme Thellie (15k€ ) : janvier 2019

Étape réglementaire #2 : soumission du projet à l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), au comité de protection des personnes (CPP) et la commission nationale informatique et liberté (CNIL)  = janvier à aout 2019.

Durée des inclusions = septembre 2019 à mai 2020.

Fin de suivi du dernier patient inclus = septembre 2020.

Analyse des résultats et rédaction du premier article scientifique = octobre à décembre 2020.

Budget : 15 310 €

Libellé
Montant
Temps humain : technicien d'étude clinique
15 000 €
Production des flacons de gentamicine/EDTA
310 €

- Notre étude visera à évaluer l'efficacité et la tolérance de l'association gentamicine+EDTA pour traiter des patients souffrant d'une infection liée au cathéter. Pour permettre une surveillance optimale et un recueil précis des données relatives à chaque patient inclus, l'intervention d'un technicien d'étude clinique est fondamentale.

MISE À JOUR DU BUDGET :

MERCI ! Grâce à votre générosité, en atteignant les 15 310 €, l'objectif initial de notre campagne (15 000 €) a été dépassé . Les fonds collectés en plus (310 €) serviront à produire les flacons de gentamicine et d'EDTA.

Approuvé par

Institut Pasteur

Le Centre de Recherche Translationnelle de l’Institut Pasteur aide les chercheurs à transférer leurs découvertes de laboratoire en des applications pour la médecine. Ce projet fait partie des priorités du centre, qui estime que les applications pour la prise en charge des patients pourrait être majeure, tant chez les adultes que chez les enfants, et entraîner une modification substantielle des pratiques médicales.

Après avoir financé une étape-clé dans le domaine préclinique, le centre accompagne le projet en mettant à disposition des équipes clinique et scientifique les compétences nécessaires à la mise en œuvre du projet.

Comme pour chacun des projets proposés sur la plateforme par l’Institut Pasteur, le Centre de Recherche Translationnelle s’est assuré du bien-fondé scientifique du projet et de ses aspects méthodologiques, ainsi que du respect des volets éthiques et réglementaires.

Association IMAGYN (Initiative des Malades Atteintes de cancers GYNécologiques)

Notre association IMAGYN (Initiative de Malades Atteintes de cancers gynécologiques) est une association de patientes et de proches qui a 5 missions principales: Prévenir, Informer, Soutenir, Sensibiliser, et Aider à la Recherche. Le projet CATH-GE, s'inscrit totalement dans nos actions et nous le soutenons.

Cette étude d'association de gentamicine et d'EDTA, ouvre une possibilité de conservation rallongée du dispositif implanté .

Beaucoup de patientes atteintes de cancers gynécologiques ont des traitements chroniques, pendant plusieurs années, et doivent pouvoir conserver longtemps leur cathéter. Une infection signifie une perte de temps  entre deux séances de chimiothérapie , qui est mal supporté moralement et physiquement. 

Ce traitement et sa finalité qui serait d’éviter l’ablation du cathéter, et donc, d’améliorer la prise en charge globale des patients, nous semble donc très important et IMAGYN est fière de mettre sa pierre à l'édifice ! Nous attendons avec impatience les résultats de cette étude !


Vivre Comme Avant

Vivre Comme Avant, association de patientes soignées pour un cancer du sein, soutient le projet CATH-GE.

Les patientes que nous accompagnons pendant leur parcours de soin et notamment celles qui suivent un traitement de chimiothérapie avec la pose d’un cathéter peuvent être concernées.

Nous connaissons les risques liés aux infections car plusieurs de nos bénévoles ( qui ont toutes eu un cancer du sein) ont vécu ce problème , entraînant le retrait de leur chambre implantable avec la suspension de leur traitement avec des conséquences très graves pour leur santé déjà fragile.

Ce projet qui va permettre d’améliorer la prise en charge des patients mérite notre soutien.

Martine Hervé et Annie Brousse, présidente et secrétaire générale de l’association Vivre Comme Avant.

La Vie par un Fil

La Vie par un Fil, association de patients, enfants et adultes en nutrition parentérale et entérale à domicile, approuve le projet CATH-GE qui teste un nouveau traitement pour éradiquer les infections des cathéters centraux et chambres implantables.

Nous suivons depuis longtemps ce type d'essais qui permettent aux patients en nutrition parentérale de limiter et/ou de corriger rapidement les infections et donc d'améliorer leur quotidien. Il est toujours bon d'avoir un choix plus conséquent pour prévenir et éliminer ces germes qui nous inquiètent tant sur ce type de dispositifs médicaux qui sont vitaux pour nous. Si ce projet permet de protéger le capital veineux de la personne ''branchée'' en évitant le retrait du cathéter, on ne peut que le soutenir.

Les patients de notre association sont des ''branchés'' au long cours, voire à vie. Il est important que la recherche puisse leur apporter des solutions qui améliorent leur qualité de vie et limiter les prises de risques pour ces techniques de nutrition clinique.

Benoit Decavèle et Catherine Kajpr - coprésidents de La Vie par un Fil


Patients en réseau

Notre association Patients en réseau, qui propose et anime les réseaux sociaux indépendants de patients et proches Mon réseau cancer du sein, Mon réseau cancer du poumon et Mon réseau cancer gynéco  approuve le projet CATH-GE.

En effet, de nombreux patients portent pendant de longs mois ou années une chambre implantable. Source de sécurité et de confort pour l’administration des chimiothérapies, elle peut s’infecter dans 5 à 10% des cas. Cette surinfection est toujours dramatique à vivre pour la personne en soins et le retrait du cathéter central peut retarder ou rendre l’administration des chimiothérapies plus complexes.

Aussi, le projet CATH-GE nous paraît particulièrement pertinent : par la prise en charge précoce de l’infection, le maintien du cathéter en place, la préservation du capital veineux, la continuité du projet thérapeutique et globalement un meilleur confort de soins pour la personne malade.

C’est avec intérêt que nous approuvons et suivrons ce projet.